Vous êtes ici :

Accueil>TEPCV 8/8 : un territoire toujours positif !

Imprimer cette page en utilisant la fonction Imprimer de votre navigateur

TEPCV 8/8 : un territoire toujours positif !

 
Fruit de son engagement en faveur de la préservation de l’environnement, de la maîtrise des énergies et du développement durable, le label Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV) a été décerné en 2016 à la Communauté de Communes par le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire. Cette labellisation, en récompensant les efforts de notre territoire, engage également ses acteurs dans des actions qui couvrent de nombreux domaines. Aujourd’hui, alors que les projets se concrétisent, le Lunévillois plus que jamais est un territoire à énergie positive. Pour clore le cycle d’articles consacrés à TEPCV, rencontre avec Serge Descle, maire de Jolivet et Adrien Laroque, technicien à la CCTLB.

 

 A mon sens, la labellisation Territoire à Énergie Positive de la CCTLB et les nombreux projets qui en découlent, illustrent parfaitement notre intercommunalité : une addition positive et énergique de compétences mises au service du territoire que nous partageons. Aujourd’hui en Lunévillois, le développement est durable et collectif. Serge Descle

Le rôle des élus

La commune de Jolivet vient de clore la première tranche des travaux d’amélioration de l’éclairage public LED dont bénéficient 34 autres communes de l’intercommunalité : « si la CCTLB organise, planifie et accompagne administrativement le projet de rénovation de l’éclairage public, chaque conseil municipal reste libre d’attribuer les travaux à l’entreprise de son choix, dans le respect des procédures des marchés publics, et de définir son niveau d’investissement dans le projet et son rythme de travaux » précise le maire, visiblement ravi. Il faut dire qu’à Jolivet la première tranche des travaux vient de s’achever et que 42 nouveaux candélabres éclairent déjà la large départementale qui relie Lunéville à la commune. « Il ne se passe pas une semaine sans qu’on m’interpelle pour nous féliciter de cet investissement. Nombreux sont à présent les habitants dont le sentiment de sécurité a progressé. Les zones d’ombres qui rendaient dangereuse la traversée de la route ont disparues, notamment au niveau de la salle de fitness, tandis que la commune réalise de belles économies d’énergie et donc de nouvelles possibilités d’investissements. »

  • Des effets très concrets pour les communes

Avec la labellisation TEPCV, les travaux sont subventionnés à 72% à condition qu’ils permettent de réelles économies d’énergie. A Jolivet, l’éclairage public, premier poste de dépense de fonctionnement, l’économie représente 61%. Une manne pour des petites communes dont les budgets nécessitent de faire des choix : « Avec l’argent économisé, nous allons pouvoir envisager plus sereinement les travaux devenus nécessaires dans l’école maternelle par exemple et réfléchir à plus grande échelle à la réfection de certaines voiries » ajoute Serge Descle.

Serge Descle, maire de Jolivet.

Des actions diversifiées

Mais la labellisation TEPCV a produit de nombreuses autres actions tout autant bénéfiques pour le territoire. Adrien Laroque, en charge du dossier à la Communauté de Communes précise : « nous sommes à un tournant pour les collectivités locales auxquelles incombe à la fois de mettre en œuvre localement les grandes orientations de l’État, en matière de développement durable notamment, mais également de réduire considérablement leur propre impact. C’est là tout le sens de la labellisation TEPCV pour la CCTLB. »

 

Adrien Laroque, chargé de mission Habitat à la CCTLB.

Porter des politiques publiques au service du citoyen

Car, outre l’économie de plus d’un million de kilowatts/heure chaque année réalisée grâce au LED, les élus ont souhaité que la Communauté de Communes dirige son action en priorité vers les habitants du territoire, en cherchant à soutenir leurs actions de rénovation de l’habitat. C’est le rôle de la Plateforme de la rénovation Energétique qui accompagne les propriétaires de biens dans leurs projets de travaux, en mettant gratuitement à leur disposition :

  • Des techniciens qui conseillent sur la pertinence des travaux (Pass Éco Énergie)
  • Un soutien administratif pour les déclarations préalables et l’obtention des permis
  • Un appui financier qui consiste à mobiliser des dispositifs d’aides et à faciliter l'interface avec les partenaires en charge de ces aides (ANAH, Banques, etc.)
  • Un réseau de professionnels labellisés pour la réalisation des travaux

Consciente également des enjeux liés à la pollution automobile, la collectivité va très prochainement installer 12 bornes de recharge dernière génération pour les véhicules électriques sur tout le territoire.

Réduire son propre impact

Le dernier enjeu de la labellisation consiste pour les collectivités à réduire fortement l’impact de leur propre fonctionnement. La CCTLB a depuis longtemps intégré ces impératifs. Qu’il s’agisse de capter les gaz générés par la fermentation des boues d’épuration pour les transformer en biogaz, de privilégier des véhicules sobres pour collecter les ordures ménagères ou de mettre à disposition de ses agents des véhicules électriques, l’intercommunalité s’apprête aujourd’hui à achever la rénovation thermique de l’intégralité de ses bâtiments. Après le centre technique et administratif, la nouvelle médiathèque consomme 3x moins d’énergie, à l’instar du centre aqualudique de Lunéville et demain, la piscine et de la médiathèque de Baccarat.

 

 Pour aller plus loin :